Olga Tokarczuk, Dieu, le temps, les hommes et les anges

Écrit par livres-et-lectures.com
Création : 2020-12-06 09:38:50
Publication : 2020-12-06 09:38:50

tokarczuk dieu
 
L'auteur (une Polonaise contemporaine) joue avec les trajectoires laissées dans le temps et l'espace par les êtres, les objets et les concepts qui s'y trouvent. Une sorte de chignon existentiel en résulte, bien entortillé, où les fils des destins des uns croisent et dévient ceux des destins des autres. Misia doit une part de son sort au moulin à café, probablement créé par Dieu, précise OT. Limpide, non ? Un livre original dans sa forme, moins dans son contenu, mais surtout sombre à faire pleurer les saules. Pourquoi tant de noirceur ?
 
Nous savons sans erreur possible que nos choix et notre volonté ne résultent pas de la génération spontanée. Nous avons été éduqués, nous avons acquis mille expériences, nous avons des guides de pensée et d'action souvent influencés par nos proches, ou par des moulins à café, voire par Dieu et les anges. Ne souriez pas, c'est sérieux ! L'auteur déroule très bien les filaments de destin des uns et des autres et les noue avec talent. Mais, n'est-ce pas le b a ba de toute œuvre littéraire ? Elle y joint de nombreuses réflexions psychologiques et truffe le récit d'événements et de situations parfois à la limite du fantastique. Ce qui n'est pas désagréable au goût du lecteur.
 
En revanche, son parti-pris de grisaille, où seul, le malheur des uns et des autres fait diversion est un choix qui ne m'enthousiasme pas. Il ôte de la vraisemblance aux personnages, ce qui éloigne ce roman de la vie réelle. Existe-t-il un seul être sur terre qui ne voie pas de temps en temps le ciel bleu, et même peut-être, le soleil ? Pourquoi faire rater à chacun sa vie, comme sa mort ? Le lecteur supporte mal cette projection lancinante des angoisses de l'auteur dans l'oeuvre. Cette sinistrose a la saveur amère et artificielle d'un rapport du GIEC. Trop, c'est trop et la distance s'installe, ce qui n'élève ni le roman ni le GIEC, d'ailleurs !
 
Sur cet océan de tristesse et de noirceur surnagent des moments d'émotion qui témoignent de la qualité de l'écrivain. Mais pourquoi ce visage sévère, sans un sourire, sans complicité avec le lecteur ? OT expurge-t-elle ici les miasmes de son ancien métier de psychothérapeute ? Dois-je dire encore que ce façonnage irréel m'a peu convaincu et, pour tout dire, ennuyé souvent. Dommage qu'un talent qu'on sent si proche soit mis ainsi au caveau !
 
Pavillons Poche (2019), 395 pages