vance_musk

 

Ce livre bien fait et précis donne une chance exceptionnelle d'observer, à travers la biographie d'Elon Musk (EM), la vie d'un de ces meneurs rares, qui ont un impact réel sur notre destin en faisant advenir des produits et des services nouveaux et accessibles. Ils sont dévorés par une vision qui les motive jusqu'à l'absurde pour le commun des mortels. Inhumains, asociaux, violents, injustes, tyranniques et fascinants. Ils font la guerre pour leurs impératifs quasi transcendants. Faire une erreur quand on est à leur service n'est pas une erreur ; c'est un péché. Et laissons croire à ceux qui comblent leur ignorance par de l'idéologie, que le moteur de ces hommes est de s'enrichir. Ils confondent Dieu et le père Noël.

pradeau_algebre

 

Bref et incisif portrait d'un mathématicien, presque français, presque humain, qui a vécu de 1928 à 2014, médaillé "Fields" (Nobel en mathématiques) et dont la vie, comme celle de sa presque famille, tant ascendante que descendante, a été une comète erratique que le vide a fini par récupérer. Il s'agit d'Alexandre Grothendieck, dont la capacité d'abstraction et la lucidité théorique restent légendaires.

harari_sapiens

 

Ce livre a 500 pages. L'histoire de l'humanité a 2,5 millions d'années. Même si certains détails manquent, on n'en voudra pas trop à YH. Et, outre quelques partis-pris et un peu de bavardage ici et là, ce livre est plein d'idées riches, de pistes à suivre et de synthèses utiles. Une réussite qui, évidemment, ne plaira pas à ceux qui croient détenir des "vérités" éternelles, car l'histoire de l'homme (l'espèce Homo) est avant tout une magnifique illustration de l'impermanence des choses.

banffy vent

 

Il y a longtemps que je n'avais pas lu un aussi grand et beau roman. L'esprit et la qualité des "Buddenbrock" de Thomas Mann, avec une sensibilité aux hommes et à la nature qui lui est peut-être supérieure. Une paisible méditation devant le temps qui emporte tout. Le "Monde d'hier"...

ruffin_papi_honte

 

Il était une fois un Petit PaPi Paillard, que, dans un souci de simplicité, nous appellerons P4. Et pas correct de surcroit, ni de la tête, ni de la queue. Une bien réjouissante pochade, à méditer d'urgence, propre à catéchiser (sic) les englués du socialement correct.