mace scaron horreur"Ce n'est pas le croyant, mais la croyance qui m'effraie, ce n'est pas le religieux, mais la religion qui m'indispose"
 
Voici un essai (ou un pamphlet) au titre explicite, écrit par un athée, convaincu que les religions sont des illusions dangereuses et que les hommes se porteraient mieux s'ils s'en affranchissaient. Dans cet esprit, on peut aussi dire que si l'eau ne coulait pas, il y aurait moins d’inondations... Pour être juste, il me semble pourtant que ce livre est utile, excessif et incomplet.

tubeuf_orient
 
 
Voici un livre touchant à bien des égards. D'abord, existe chez l'auteur, une volonté farouche de ne pas perdre la dernière résonance, aussi évanescente soit-elle, d'une enfance heureuse. Et se manifeste chez lui une volonté presque viscérale de bien-être, là où mille circonstances auraient au moins pu susciter l'inquiétude dans cet "Orient", comme il l'appelle, secoué par la dernière guerre mondiale et les conflits locaux. De la nostalgie ? Non, une délectation affirmée du bonheur passé, sans regret. On n'est pas heureux par hasard...

barnavi_religions_meurtrieres

 

Cet essai passionnant tente de nous aider à faire progresser notre compréhension du monde, et de nous rendre lucides sur trois plans :
- notre conception occidentale de la religion est minoritaire.
- l'islamisme révolutionnaire est un totalitarisme.
- nous devons nous préparer à nous défendre nos valeurs, et en particulier la laïcité.

dyson_vie_univers
 
Sous titre : Réflexions d'un physicien
 
Un physicien à l'esprit déluré se pose la question de ce que le savoir scientifique acquis à ce jour (en 2007) permet de dire sur la place de la vie dans l'univers. Il ne cherche pas à établir des démonstrations irréprochables (est-ce d'ailleurs possible dans ce domaine ?), mais plutôt à voir les portes qui restent ouvertes à un esprit qui ne croit pas qu'existent des réponses toutes faites.

grange passager
 
 
Vous savez sans doute que les relations père-fils sont une valeur sûre de la psychologie. Ce polard agité s'installe sur ce constat pour en tirer un récit superbement construit, totalement irréaliste, mais que l'on a envie de lire jusqu'à la dernière ligne et où aucun espace de repos n'a été prévu.  Et, même si cela a avec la littérature la même densité de relation que moi avec un archevêque, ce n'est pas désagréable à consommer. Accrochez-vous, c'est parti.