lermontov1
 
Je viens de relire ce roman qui parut peu avant le duel mortel de Lermontov et dont le contenu peut être interprété comme un reflet dans un miroir du destin de l'auteur, mort en 1841 à 27 ans. Il m'a semblé qu'il parle un peu au cœur, mais beaucoup plus à l'intelligence, en dépit de son ton, fort romantique. La désillusion de l'auteur, qu'exprime son héros Pietchorine, porte autant sur le monde où il vit que sur lui même qui n'y trouve pas une place honorable. Ce roman touche par l'expression réussie de cette impuissance à se conduire utilement face à une société dont Lermontov pressent l'inefficacité et le manque de sens.