Zhu Xiao Mei La rivière et son secret
 
Zhu Xiao-Mei est une grande pianiste classique (née en 1949). Elle nous confie ici sa biographie avec réserve et pudeur. Issue d'une famille intellectuelle aisée et donc coupable pour l'idéologie ambiante de l'époque, elle dut sacrifier 10 ans de sa jeunesse et de ses études musicales à Mao et à sa "Révolution culturelle". Vivant comme un chien, affamée, déshumanisée, asséchée, elle survivra grâce à ce qu'elle avait eu le temps de découvrir de la musique, qui restera pour elle comme une lumière au bout du tunnel. A 30 ans, sortie de ce vide, elle réussira grâce à sa volonté, son ascétisme et un peu de chance, à se hisser au rang des plus grands pianistes, sans pour autant atteindre la notoriété qu'elle aurait pu mériter. Heureusement, nous avons ce témoignage et ses enregistrements (et en particulier les "Variations Goldberg" de J S Bach) qui, l'un comme l'autre, nous remuent profondément.

 schmitt reveuse ostende
 Voici cinq nouvelles dont on se demande parfois si elles ont été écrites par Stefan Zweig, Maupassant, Poe ou quelque écrivain classique ou symboliste, jouant avec l'improbable, voire le fantastique. Une très belle langue, agréable et simple m'a enthousiasmé. Un merveilleux moment de lecture, hélas bref.

mo yan 41 coups canon
 
Si ce roman  de MoYan  est le premier de lui qu'on lit, on découvrira avec plaisir son talent : placer dans le monde réel de la Chine rurale actuelle une aventure farfelue, surnaturelle, qui fait quitter terre au lecteur. Peut-on rêver d'un meilleur guide pour une visite privée de ce monde chinois sans pitié, ni très soucieux d'éthique au sens où nous l'entendons ? Mais si Mo Yan n'est pas un inconnu pour le lecteur, ce livre, un peu long, aura souvent un goût de déjà lu...