rovelli temps
Nous savons tous ce qu'est le temps qui nous fait vieillir, accumule les souvenirs et décide du bien fondé de notre vision du futur. Grâce à lui, nous savons calculer les éclipses, classer les événements du monde, décider entre une cause et un effet, nous représenter l'univers et son évolution, etc. De ces succès réels, nous avons pensé que ce temps était une donnée extérieure, commune à tous et à tout, en un mot qu'il existait un "Temps Universel", dans lequel s'inscrivait notre monde et ses événements. Ce livre, écrit par un scientifique, fait le deuil de cette généralisation abusive dans un langage faisant certes appel à une réflexion et une attention actives de notre part, mais reste accessible à beaucoup. Non, le "Temps Universel" n'existe pas, au risque même que le temps tout court perde son utilité dans les lois physiques qui décrivent le monde.

legendre dominium
 
Il s'agit là de notes de réflexion, plus ou moins restructurée, concernant un film dont le scénario avait été établi en proche collaboration avec l'auteur en 2007. L'idée directrice mérite notre attention pour les conséquences que son adoption entraîne : nous avons substitué à la transcendance du ou des dieux celle de l'efficacité économique. Absurde, pensez-vous ? Attendez un peu d'y avoir réfléchi un instant ; il existe de troublants parallèles.

lermontov1
 
Je viens de relire ce roman qui parut peu avant le duel mortel de Lermontov et dont le contenu peut être interprété comme un reflet dans un miroir du destin de l'auteur, mort en 1841 à 27 ans. Il m'a semblé qu'il parle un peu au cœur, mais beaucoup plus à l'intelligence, en dépit de son ton, fort romantique. La désillusion de l'auteur, qu'exprime son héros Pietchorine, porte autant sur le monde où il vit que sur lui même qui n'y trouve pas une place honorable. Ce roman touche par l'expression réussie de cette impuissance à se conduire utilement face à une société dont Lermontov pressent l'inefficacité et le manque de sens.