Fiches de lectures, critiques de livres, personnelles et subjectives !

reinhardt comedies
 
Nous constatons tous que notre pays (comme l'Europe, d'ailleurs) voit ses industries disparaître et, ce qui est plus grave, notre compétence technologique. Dans l'électronique, où sont partis Alsthom, Thomson-CSF, Télémécanique, Alcatel, Bull, CII, Unidata, par exemple qui avaient mis la France et potentiellement l'Europe à une place honorable dans le monde informatique qui se faisait ? Ce roman veut nous montrer un cas peu connu, celui de notre manque de vision à la naissance des techniques d'internet, alors que nous avions tout en main. Il le fait d'une manière originale et très réussie, en révélant, pas à pas, au cœur d'une intrigue romanesque classique, les événements et les hommes qui ont scellé cet aveuglement français. Un livre utile et agréable à lire, même s’il nous oblige à constater que le temps perdu l'est sans espoir de retour.

letellier anomalie
 
Chercher à résoudre un événement imaginaire invraisemblable, c'est invoquer les brumes et dévorer la lune. La magie des mots qui ne s'accordent pas et déchirent le sens commun est bien là. Mais l'inventeur de cette histoire du temps replié sur lui-même s'essouffle un peu en s'efforçant de rester très (trop ?) raisonnable. Bien peu de rêve, bien peu de folie dans le récit de cet événement effrayant et iridescent qui fait exister deux fois des gens presque ordinaires.  N'auraient-ils pas dû s'aimer, se révolter, s'entre-tuer, mettre le pied dans les rayons de la vie, ces jumeaux improbables ? Non, ils règlent le problème avec juristes, psychologues, militaires, etc. Boris Vian y aurait joué de la bombinette... Et pourtant, j'ai bien aimé ce livre gonflé du désir de guérir, de soigner, aux prises avec l'indicible.

luminet euclide"Le roman de la Bibliothèque d'Alexandrie"
 
Voici un roman, presque historique, plein de charme et d'intelligence, écrit par Jean-Pierre Luminet, par ailleurs astrophysicien. Il se déroule en 642, au moment où Alexandrie vient de capituler face à l'expansionnisme arabe et quand le Calife Omar, victorieux, mais fanatique, veut brûler le contenu de la fameuse bibliothèque. Le raisonnement, qui n'est pas indigne d'une certaine chrétienté, est à peu près le suivant : tout est dans le saint Coran. Si les livres répètent ce qui y est déjà contenu, ils sont inutiles. S’ils disent autre chose, ils ont tort. Dans les deux cas, brûlons-les ! Mais le général arabe Amrou, qui vient de faire la conquête de la ville, va prêter l'oreille aux défenseurs des mille ans de culture couchés dans ces rouleaux et il n'y sera pas insensible. Une belle histoire, racontée avec légèreté et qui nous permettra de croiser quelques grands destins de l'antiquité.