adn art
 
Voici un roman partiellement autobiographique et inattendu de la célèbre exploratrice du Tibet. Sa formation première avait été le chant et elle exerça cette noble profession pendant sa jeunesse dans la musique "légère". Elle a ainsi tiré des observations faites dans ce milieu un étrange réquisitoire sur la condition de la femme au début du 20e siècle. Étrange, parce que le sort de la femme ainsi décrit ne semble en rien dépendre d'elle, ce qui ne peut pas être totalement vrai. Ce que son récit même contredit d'ailleurs, puisque face à une difficulté, la réponse systématique de ces dames serait de se prostituer... Admettons que le statut de la femme fut difficile, mais quand même...

onfray musique
 
"Entretiens sur la musique" avec Jean-Yves Clément
 
Parler de la musique, même philosophiquement, n'est pas essentiel. L'important, l'urgent, est d'en écouter et d'en écouter vraiment, longuement, intensément, sans autre activité. La contempler et chercher en elle ce qui est matière à résonance en nous. Alors, avec le temps, se forme une relation à la musique privée, profondément inégalitaire, difficile à partager, ne relevant ni de l'universel ni du rationnel. Ce livre est une analyse possible de cette relation, analyse intelligente et documentée.

dick chateau
 
Je viens de relire ce livre avec plaisir et intérêt. Il m'avait marqué comme un roman virtuose, jouant en miroir un univers temporel dans un autre, les deux liés par des passages subtils et inattendus. La seconde lecture aura ajouté à cela, sans détruire l'apport de la première, la description romancée d'un orient, ici japonais, se frottant à la civilisation américaine du Nord. Description qui met en évidence un fossé perçu par l'auteur entre ces deux civilisations, si large et si profond, que probablement rien ne le comblera. Quant à l'intrigue, une uchronie où Allemagne et Japon se sont partagé le monde après leur victoire lors de la dernière guerre, elle suffit à elle seule à justifier la lecture du roman.