Fiches de lectures, critiques de livres, personnelles et subjectives !

bernhard extinction"Un effondrement"
 
C'est une autobiographie bien singulière que ce récit angoissé d'un homme qui ne voit à son mal de vivre qu'une issue, la mort, l'extinction. C'est le roman ultime, écrit en 1986, d'un auteur autrichien malade et quelque peu atrabilaire, où il exprime, en le mettant en scène sur une durée de trois jours, son dégoût de la société contemporaine et de l'histoire de son pays. Cela ne semble pas constituer la trame d'un roman très attractif et, pourtant, la lecture de ce long pavé récompensera le lecteur courageux, s'il ne s'étouffe pas d'indignation en cours de route. Car il me semble qu'on peut en faire deux lectures, bien différentes.
L'une, qui conduira très vite à fermer le livre, est de ne trouver dans ce texte que les vaticinations gratuites d'un bon à rien, entretenu, instable, mais fanatique, solitaire, une sorte de "bobo" mal élevé donnant des leçons de conduite et de morale à l'univers entier. Il aurait sans doute été écologiste décliniste dogmatique à notre époque !
L'autre lecture, plus littéraire et plus tolérante, est d'essayer de suivre les méandres de cette non-pensée en phase terminale et de chercher dans ses replis. On n'écrit pas 500 pages pour ne rien dire. L'extrême bonté d'âme des lecteurs de ce site, bien que fortement sollicitée ici pour lire ce drame, les conduira sans aucun doute à cette seconde forme de lecture. Je ne suis pas encore convaincu que ce soit mon choix.

boniface ai
 
"Comment la révolution numérique va bouleverser nos sociétés"
 
Ce livre possède un titre un peu trompeur. Ce n'est pas un livre consacré à l'Intelligence Artificielle, mais plutôt un livre sur l'invasion des techniques digitales dans nos existences. Il insiste sur le fait que leur maîtrise échappe au contrôle démocratique. Celui-ci s'arrête en effet aux frontières des États, alors que les techniques digitales sont par essence mondiales. Les sociétés US qui les développent échappent d'ailleurs pour l'instant largement, elles aussi, à l'État américain. La Chine semble avoir défini pour les siennes une politique plus cohérente, même si elle nous heurte parfois dans ses choix. Ce court ouvrage, très accessible, pose beaucoup de bonnes questions, sans d'ailleurs y répondre vraiment. Mais, qui le peut quand avantages et inconvénients se balancent si bien ? Le choix est politique et non technique et la réflexion politique semble à la peine dans la conduite des affaires occidentales ! Une réponse, pour l'instant, appartient donc à la Chine.

kaddour orateurs
 
Ce très beau livre est le récit romancé d'un bref, mais intense instant de la société romaine à la fin du règne de l'empereur Domitien (an 81 à 96). Le récit se déroule en une seule nuit et fait défiler des hommes et des situations dominés par la volonté sans contrepoids d'un empereur devenu un tyran. Que se passe-t-il alors, quand la loi est remplacée par les caprices d'un homme ? Que devient le peuple ? Une plèbe ? Quel chaos va résulter d'une action dominée par la seule recherche de la survie personnelle ? Que devient dans cette situation dégradante la gloire d'un homme qui aurait dû inscrire à travers elle sa vie dans un destin ? Où commence la lâcheté et où finira-t-elle ? La soumission garantit-elle la vie sauve ? Comment une société aussi structurée que Rome peut-elle supporter la perte de ses hommes les plus valeureux, celle de sa régulation par la loi ou de l'amour de son peuple ? L'histoire montre qu'elle ne le peut pas et qu'il lui reste à réussir un rapide rétablissement ou à mourir.