Fiches de lectures, critiques de livres, personnelles et subjectives !

beigbeder fin
 
"J'ai créé plus de beauté avec mon sperme qu'avec le travail de toute une vie". Le ton est donné sur l'immense respect que l'auteur porte à son nombril et à ce qui pend un peu en dessous. Chacun sait, n'est-ce pas, que ce qui fait la beauté d'un enfant est le sperme de son père présumé ? Dans ce climat d'un égotisme envahissant, quoi de plus naturel que de rechercher la préservation éternelle de ce moi resplendissant ? Alors, éperdu d'immortalité, l'auteur passe en revue tous les gourous plus ou moins sérieux qui prétendent prolonger la vie. Intéressant trajet, mais mené sur un ton persifleur qui est au fond un art éprouvé de ne pas se mouiller, mais ne permet jamais au lecteur de se construire une opinion quelconque sur les pistes présentées. Un gâchis ?

sallenave gubbio
 
Bon, voyons, comment dirais-je, enfin à mon point de vue, on peut trouver tout ça... ou presque, si vous me comprenez. Une très belle langue au service d'un récit en forme de journal, dont je me demande encore pourquoi je l'ai lu. Mais il y a des jours où on ferait mieux de caresser son chat que de se lancer dans autre chose. C'est peut-être ce qui m'est arrivé, sans doute privé ainsi d'un bon moment de lecture. A vous de juger...

kapuszinski imperium
 
L'auteur est un reporter polonais dont l'acuité et la pertinence des propos ont fait sa marque. Il veut dans ce livre nous faire partager sa démarche pour voir et comprendre l'Imperium russe, dont il a autant souffert que des nazis. Ses observations valent aussi bien aujourd'hui pour ce qui reste de l'empire éclaté qu'elles nous ouvraient les yeux lorsqu'il écrivit son livre, pour l'essentiel entre 1989 et 1991. Il ne s'est pas contenté d'analyser les informations existantes. Il a traversé la Russie et la Sibérie pour sa documentation dans des conditions dures. Ce qu'il recueille ainsi et les observations qu'il en tire sont sans doute un des meilleurs coups de projecteur que j'ai lus sur cet immense pays.