djavadi_desorientale
 
 
A travers un récit probablement marqué par sa vie personnelle, ND aborde en les mélangeant, quatre thèmes essentiels. L'Iran, l'exil, l'homosexualité, la famille. L'approche est directe, factuelle, éloignée  de toute théorisation inutile. Cette fraîcheur vaut certificat d'authenticité pour ce qui nous est rapporté et nous le rend infiniment proche.

hoffman_mariage_contre_nature
 
 
Ce roman est une biographie de la jeunesse du peintre Pissaro. Mais il est aussi et peut-être surtout, une tranche de vie des colons, en particulier juifs, de l'île de St Thomas (Caraïbes) et de la société isolée et fortement normée, qu'ils avaient établie. Il est enfin un portrait de la mère de Camille Pissaro, Rachel, femme forte, dans la première moitié du XIXe siècle et qui faisait, par sa détermination, figure de rebelle.

klein_pays_einstein

 

Peu de scientifiques ont été aussi féconds qu'Albert Einstein en un temps si bref et peu ont connu une telle gloire médiatique. Mais reconnaissons que cette gloire repose sur des circonstances, des propos, des images, des récits, qui ne nous éclairent guère sur le contenu de son immense travail. Le pari fait ici par EK est justement de nous en parler et de ne pas aborder l'homme public façonné à la fin de sa vie, quand son étoile scientifique était moins étincelante. Pour le faire, il nous propose un voyage, un peu nostalgique, dans les lieux qu'Albert Einstein a successivement fréquentés. Voyage sans doute parfois un peu aride pour des non-physiciens, mais qui peut néanmoins se poursuivre en tout état de cause. Une réussite !

bernieres_mandoline

 

Un des plus beaux livres que je connaisse pour nous parler, sans emphase, de ce feu de violence qui complète et combat, au fond de nous, compassion et amour. Et, ce qui nous est raconté avec tant de simplicité et de précision, voire même de douceur, devient évidence et réalité. Nous sommes en Céphalonie en 1940 et la guerre est ouverte, comme la porte qui nous préserve en temps de paix de l'insanité et de la cruauté des hommes normaux.

ruffin passagere mendoza

 

Ce visage flou de la couverture, c'est celui de la nostalgie, fil conducteur de sept de ces neuf nouvelles. Un chagrin doux, un noeud qui ne se noue pas, un mot qui n'a pas été prononcé, un théâtre qui aurait pu être la vraie vie, un espoir d'accomplissement sans suite... Un moment de grâce réussi.