cain mozarmes
Un des livres les plus durs, mais aussi un des plus émouvants que j'ai lus. Même s'il contient bien autre chose, il est avant tout le récit d'une enfant sans amour maternel (ni paternel, le père étant mort étrangement) et qui, ainsi, ne disposera jamais de cette référence bienveillante pour construire sa personnalité et son jugement. Le portrait de cette mère, "perverse narcissique" selon les termes actuels, est un chef-d’œuvre. On peut difficilement imaginer sans en souffrir pour elle ce que fut pour l'auteur cette quête éperdue, mais vaine, d'un amour maternel simple et humain. Merci à elle de nous avoir rappelé que la face des hommes peut parfois cacher l'impensable et qu'on peut y survivre.