chauveau diderot

 

Ce portrait coloré d'un monstre sacré du Siècle des Lumières mérite tout à fait notre intérêt. Vivant, incisif, il nous entraîne à imaginer une époque où le scepticisme vis-à-vis du pouvoir ou de la religion était une prise de risque qui pouvait encore s'avérer mortelle.

chauveau lippi
 
En 250 pages au plus, SC aurait réalisé un livre dense et agréable sur la Renaissance florentine et sa peinture. Ce n'est pas le cas. Et avec l'insistance sur le côté "Père Dupanloup" de Filippo Lippi l'ensemble devient anecdotique. De plus, faire osciller sans cesse les personnages entre la passion et l'extase tue l'émotion.

lippi annonciation
 
Qui peut penser un instant que ces peintres entraient en transes en contemplant les oeuvres de leurs collègues ? Que leur vie d'artistes était une tension perpétuelle au bord de la rupture ? Que tout passait par le coeur et rien par la tête ? Allons, c'est une rêverie romantique que de les imaginer ainsi. Je n'y crois pas un instant.

 
Dommage, car d'une part F Lippi est un superbe peintre et avoir écrit sur lui une biographie populaire est une heureuse initiative et, d'autre part, les détails de la vie de la Florence de la Renaissance sont passionnants et semblent crédibles.

De plus le style de SC est agréable, quand elle ne se laisse pas emporter par la passion et les descriptions interminables. A lire peut-être, malgré ces réserves.
 
 
Editions folio (2004) - 483 pages