xingjian homme seul
 
GX né en 1940 en Chine, vit en France depuis 1988 et tente avec ce roman autobiographique de faire son deuil de l'époque terrible qu'il a vécue sous Mao. Peut-on revenir de l'enfer, même s'il est parfois traversé d'éclaircies ?
Il ne s'agit plus ici de confort, mais de survie. Autour de lui, ceux qui il connaît tombent ou déchoient. Il en retrouvera certains, mais en quel état !
Le régime qui tentait de se mettre en place avait en effet décidé de se construire sur un "homme nouveau". Pour révéler, une fois encore, que cet homme nouveau n'en était plus un lorsqu'il était dépouillé de sa liberté, de sa sphère privée. Un esclave, même volontaire, perd ses attributs humains. C'est ce qu'a d'ailleurs admirablement compris le régime qui a suivi en Chine, qui n'a en rien libéré la sphère publique, mais a rendu son existence et son pouvoir à la sphère privée, en particulier dans le domaine économique, gage de la prospérité de l'état.
Tout cela, GX le décrit à sa manière, en le romançant, certes, mais en le faisant peu à peu sentir au lecteur. Le cheminement de la tyrannie est fort bien montré :