schwarz amnesiques
 
On ferme ce livre profondément touché par la qualité et la pertinence de la réflexion qu'il propose sur les mécanismes humains qui ont conduit et qui conduisent encore au mal. A travers son expérience propre au sujet de la guerre de 1940, l'auteur franco-allemande nous fait partager la question qui l'obsède : quelle part de responsabilité ont ceux qui, face à des faits indiscutables, ne disent pas "Non !" mais se glissent dans le refuge du conformisme ou de l'indifférence, prenant souvent le masque de la tolérance et renoncent ainsi à influer sur le cours de l'histoire. GS les nomme les "Mitläufer", les compagnons de route. Il ne faut pas croire, dit-on, que les peuples sont toujours de simples victimes de leurs dictatures ; qu'ont-ils fait pour l'éviter ?