dicker 622
 
A trop tirer sur le fil, on lui fait parfois perdre son élasticité. Parfois, même, il se casse. Nous avons là un policier sympathique, bien ficelé, trop bien même, où il me semble souvent que les choses auraient pu être racontées sans une telle avalanche de sauts de temps et d'espace, parfois bienvenus, parfois moins, mais qui étire abusivement le récit. L'intrigue n'en reste pas moins fort originale et captivante, si l'on accepte de faire fi des invraisemblances qu'elle contient. En lisant son texte, je m'imaginais souvent l'auteur heureux de ses trouvailles et s'amusant bien. Au fond, n'est-ce pas l'essentiel quand, comme ici, il nous entraîne dans sa barque ?

dickers disparition mailer
 
 
Il est délicat de parler d'un livre à succès... Disons d'abord qu'on ne s'ennuie pas à sa lecture, portés par une intrigue à tiroirs, dont on peut penser parfois qu'on n'en verra jamais la fin. Mais si l'on est bon public, on se laisse porter dans ce labyrinthe aux multiples passages et autres chausse-trapes, ce qui constitue un jeu amusant. N'a-t-on pas besoin, parfois, de ce genre de passe-temps ?

 

dicker_affaire_quebert

 

Quel pavé ! Un polar qu'on lit cependant avec plaisir et facilité, même si tout y est excessif et compliqué, parfois gratuitement. Je suis un peu surpris par l'enthousiasme qu'il a suscité et les prix récoltés et j'ai préféré "Le Livre des Baltimore" publié en 2015.