reverdy climax
 
Voici un bien sombre roman d'aventures, qui aurait encore pu plus mal finir ! Mais toute fin n'est-elle pas l'occasion d'un nouveau départ ? Quoi qu'il en soit, la pollution, le réchauffement, la voracité et la démesure des ambitions des hommes ont ici conduit à une série de catastrophes locales majeures au nord de la Norvège. Catastrophes évitables ? C'est la thèse à la mode, dont on peut craindre qu'elle soit, une fois encore le fruit de l'hubris d'un humain qui se croit tout-puissant et celui aussi de l'oubli de la part du mal en nous et avec laquelle il faut composer. À ces horreurs survivent l'amitié et l'amour d'amis d'enfance, dont le roman nous conte le chemin qu'ils ont suivi au cœur de cette Norvège, froide et dure. Le talent de conteur de l'auteur y trouve un champ d'expression parsemé de vent de froid, de glace... et de pétrole, où l'ennui n'a pas sa place.

reverdy hiver
 
Ce bref roman m'a enchanté, qui met en abyme des destins et des caractères issus d'un large éventail. Et qui le fait dans une Grande-Bretagne déboussolée, au bord de l'abîme des années 1978/1979 où la Dame de Fer allait prendre le pouvoir, remettre de l'ordre, mais ouvrir son pays à la rage mondialiste. Le pouvoir ? Shakespeare a tout dit de son emploi, de la fascination qu'il exerce et de sa violence. Et Shakespeare, avec son Richard III, nous accompagne tout au long de ce voyage. Un bon guide, n'est-ce pas ?