assouline vies job

 

Job, un homme, un mythe, un saint ? Plutôt le symbole humain de notre souffrance, où le pourquoi reste sans réponse dans notre solitude et notre incompréhension. Mais un symbole chaleureux qui nous dit : "Tu n'es pas seul".

assouline lutetia

 

L'hôtel Lutetia a été un des lieux focaux de quelques drames du siècle passé. L'auteur, avec une expression juste et pondérée, nous propose d'en partager trois, essentiels, autour de la dernière guerre. Son talent en fera un passionnant roman.

L'affaire nous est contée par le "détective" de l'hôtel, au courant de tous les secrets du fait de sa fonction. Un homme solitaire, détaché, loin de toute position partisane.

assouline question orgueil

 

Pendant 20 ans, un intellectuel français, Georges Pâques (GP), normalien, haut fonctionnaire, a trahi pour le compte du KGB russe, sans être inquiété. Il ne le sera guère plus après son arrestation, puis rapidement libéré, bien protégé par ses pairs. Une étonnante biographie romancée (à mon sens partielle) de cette trahison à tiroirs.

La thèse que l'orgueil démesuré de GP l'aurait conduit, seul face à sa conscience, à commettre sa trahison, me paraît légère. Il méritait à l'époque la peine de mort, requise lors de son jugement, puis commuée en prison. Cerise sur le gâteau, il fut libéré assez rapidement. Cela prouve la sollicitude dont il a bénéficié d'un Etat qui, sans doute, avait des dettes à son égard.

Il me semble que l'histoire des relations complexes entre la France et la Russie soviétique, face aux USA n'a pas encore reçu la clarté nécessaire. De Gaulle partageait un anti-américanisme sévère avec GP et, plus largement avec les "intellectuels communistes" français. Etait-ce un choix ou une obligation ? Des faits inexpliqués abondent dans l'histoire française de cette époque, faits qui s'expliqueraient sans doute mieux, comme la mort de Jean Moulin, si cette histoire était écrite. La protection dont GP a bénéficié, y compris pendant les 20 ans de son trafic avec les Soviétiques, me semble donc patente et relever de cette histoire souterraine.

Quoi qu'il en soit, le roman est excellent, bien écrit, même si son rapport à la réalité est douteux. Cela ne devrait en rien gâcher son succès : voyez la Bible ...

Gallimard (2012) - 267 pages