hesse musique

 

Ce livre écrit en 1976 rassemble des textes de Hermann Hesse ayant en commun un sujet essentiel pour l'auteur, la musique. Presque tout est dit sur l'approche de HH dans cette phrase :

"C'est le secret de la musique qu'elle n'exige que notre âme, mais qu'elle la veuille tout entière. Elle ne demande ni intelligence, ni culture ; par delà toutes les langues, toutes les sciences, sous des formes ambivalentes mais évidentes en dernière analyse, elle représente l'âme de l'homme."

hesse sidd

 

Ce roman est celui de l'initiation de Siddhartha, indien de l'époque du Bouddha historique (il va le rencontrer), c'est à dire en au 6ème s. avant notre ère. On pourrait y voir aussi la tentative de l'occidental HH de mettre au clair sa relation de séduction - frustration avec le bouddhisme, un bouddhisme un peu rêvé, un peu idéalisé. Notre héros repoussera d'ailleurs toute doctrine constituée, y compris celle du Bouddha, pour atteindre dans la solitude et par l'introspection un niveau de sagesse présenté incontestablement en exemple.

J'y vois aussi d'abord une marque de l'attraction qu'exerçait sur Hesse le fantastique "organisé", les signes mystérieux, les sociétés secrètes qui menaient grand train à l'époque de ce livre (1922). Le refus des systèmes (Siddhartha quitte la société brahmanique et refuse de se laisser enfermer dans celle du Bouddha) est un trait de son caractère indépendant, qu'il avait manifesté en quittant sa maison familiale. Mais c'est aussi, et là je suis plus mal à l'aise, un rejet du savoir comme noble but de l'œuvre des hommes. Que le savoir ne mène pas seul à la sagesse, nous le savons tous ; mais qu'il puisse y avoir de sagesse sans savoir est un mensonge, un retour à l'instinct, à la bestialité. Nietzsche jouait avec le feu en invoquant Dionysos contre Apollon, mais il n'aurait me semble-t-il jamais laissé le premier dominer seul le monde. C'est ce que les nazis comprendront si mal...

En revanche, ce roman met parfaitement en évidence un ingrédient essentiel de toute sagesse, le détachement, et cela est profondément bouddhique... ou stoïcien, d'ailleurs. Tout attachement, même source de plaisir honnête, est voué à se briser par la séparation de l'objet dans notre monde où le temps fait son œuvre, et devient un jour cause de souffrance. Et cela vaut aussi bien pour les êtres que pour les idées ou les biens. Beaucoup diront que cette prime à la solitude du cœur est insupportable et égoïste, et pourtant... Siddhartha souffrira de son attachement bien des fois ; en particulier, celui qu'il éprouve pour son fils voyou est touchant et est un grand moment de ce livre.

Retenons pour conclure une très belle réflexion : "Le savoir peut se communiquer, mais pas la sagesse. On peut la trouver, on peut en vivre, on peut grâce à elle opérer des miracles, mais quant à la dire et à l'enseigner, non cela ne se peut pas."

Éditions Livre de Poche No 4204

 


 

hesse demian1

 

Hermann Hesse (1877 / 1962) écrit Demian en 1919. Veut-il exorciser la guerre, lui donner un sens, une utilité ? Homme sensible et fragile, farouche individualiste souvent révolté, pacifiste mais néanmoins adepte de la résurrection par le chaos, on peut penser que cet espoir d'une renaissance après le cruel enfantement de 1914-1918 n'est pas étranger à sa pensée. Mais tout d'abord Demian est un roman, très germanique, de "formation", un "Bildungsroman" qui décrit la tourmente subie par l'enfant qui devient homme. Emil Sinclair (ES, le pseudonyme emprunté à un oncle lointain de HH et sous lequel il publiera ce roman) a 10 ans au début du livre. Il ne connaît de la vie que la face que ses parents lui ont laissé saisir, et qu'ils ont légitimement limitée au bien, au bon, au juste selon leur règles, empreintes de protestantisme assez rigide. Dans ce monde là il dispose de tous les repères utiles à sa conduite.