ofarrell main
 
J'ai choisi de lire ce roman après la lecture de Hamnet, du même auteur et qui m'avait enchanté. Pour des raisons que j'ai du mal à identifier, je ne retrouve pas dans ce roman écrit 10 ans plus tôt cet enchantement, même si je ressens la même qualité d'écriture, le même soin à construire l'intrigue ou à caractériser les personnages. Le thème qui le sous-tend est celui du lien réciproque qui unit une mère et son enfant, traité ici avec autant d'intensité que de pudeur de l'expression et sans grandiloquence. Un beau roman, en dépit de ces quelques réserves.

farrell hamnet
 
On quitte ce roman écrit en 2020 la gorge serrée, conscients d'avoir côtoyé quelque chose d'éternel, d'absolument humain. Le talent de conteuse de l'auteur est tel que chaque mot, chaque ponctuation, est une porte qui s'ouvre et qu'il faut franchir, une allée qu'il faut parcourir, dussions-nous y rencontrer l'indicible. C'est de nous qu'il est question, non de notre personne, mais de notre essence, de notre nature d'être qui aime, qui échange, qui souffre. L'auteur nous entraîne et nous dit : contemple ce miroir et traverse-le ; tu es peut-être derrière lui, où tu t'attends.

 
ofarrell bleu
 
 
Aimez-vous les romans psychologiques bien construits (même un peu compliqués), des intrigues contemporaines crédibles (faible probabilité quand même...) et qui ne se dévoilent pas trop facilement, des personnages aux contours clairs, etc. ? Alors, si c'est bien votre profil, vous êtes arrivé, ce roman vous plaira. J'ai bien dit "si" ! On se comprend ?