marai dernier jour
 
Ce roman hongrois, écrit vers 1940 relate le dernier jour de l'existence de l'écrivain Gyula Krudy, mort en 1933 et dont un livre a fait l'objet d'une fiche récente. En fait, il va bien au-delà, car s'il est une méditation sur les valeurs de GK telles qu'elles guidaient son comportement de grand écrivain dandy, un peu hors sol, elle est aussi une méditation sur ce qu'avait été la nation hongroise avant la guerre de 14, cadre du rêve existentiel de GK. Ce "monde d'hier", comme disait Zweig, qui avait fait de l'Europe, éblouie de liberté et de progrès, le centre du monde. Cette mise en perspective du concept de nation dépasse celui propre à la Hongrie pour poser simplement la question du contenu du mot et de son sens. Un très beau livre.

marai etrangers

 

Vivre un exil, choisi ou non, est une épreuve. Stephan Zweig, chassé de son pays, en est mort. Notre héros, hongrois séjournant à Paris, y acquerra une expérience considérable sur lui-même et sur le monde. Un magnifique roman qui nous rend intimement proches de situations que beaucoup ne connaîtront jamais, mais de plus en plus courantes dans notre monde actuel, le tragique des guerres en plus. Et quelle superbe fresque du Paris de l'entre-deux-guerres !

marai metamorphoses mariage

 

Ce livre est un régal pour ceux qui s'enthousiasment pour les longues analyses psychologiques. Sa finesse rappelle souvent Arthur Schnitzler ou Stefan Zweig. Il n'en reste pas moins que des navigations dans des eaux aussi instables et pour des durées aussi longues, peuvent parfois donner le mal de mer.

L'intrigue se noue autour de deux lignes essentielles. L'une est l'évolution plutôt dramatique de rapports amoureux de couples, à l'intérieur ou en dehors du mariage. L'autre est la description d'une société bourgeoise qui a, en grande partie, perdu ses repères et sa détermination (basée sur l'espoir du progrès ?), qui en constituaient jusque-là, l'armature solide.