Fiches de lectures, critiques de livres, personnelles et subjectives !

roth j poids graceJoseph Roth (1894-1939) est Autrichien, un peu Polonais et juif, conscient de la montée de la barbarie après la chute des Habsbourg. Il publie en 1930, ce roman, transposition contemporaine et en Russie, du mythe de Job. Remarquablement écrit et précis (un roman HD !), ce texte magnifique conserve à nos yeux actuels, toute son humanité sensible.

Pour un croyant, c'est le Dieu qu'il révère qui le met à l'épreuve et le récompense, ici ou au-delà. La raison se révolte devant les lois impénétrables du dessein divin et leur cruauté, mais cette révolte est inutile et blasphématoire. La situation de JR, outre ses drames personnels, est en effet celle, par exemple de Stefan Zweig et pose la question du "pourquoi" de tant d'injustice. A cela aucune réponse rationnelle pour celui qui a la "grâce", autre que la soumission à son sort, soumission qui donne un sens à ce destin, mais aussi paix et réconfort, en dépit du poids qu'elle représente.

Pour un non-croyant, cette passivité est folle et indigne. Au lieu de se poser la question, naturelle, mais absurde, d'un "pourquoi", c'est celle d'un "comment" qui se pose. Comment en arrive-t-on là ? Des réponses rationnelles, au moins partielles, existent alors. Lisez, par exemple "George Mosse - Les racines intellectuelles du Troisième Reich".

JR sent bien que la révolte de Job est aussi l'expression d'un espoir. Celui que l'homme sait aménager par ses actes, au moins une partie de ce destin. Peut-être est-ce le sens de la fuite qui permettra de reprendre pied. Non, tout n'est sans doute pas dans les mains de l'éternel. Le poids de l'absence de grâce sera-t-il moins lourd que celui de la grâce ? Sans doute pas, mais il rendra à l'homme sa dignité.

Et c'est avec une infinie sympathie pour ses personnages que JR nous convie à les suivre, dans leurs oeuvres et dans leur pensée si souvent blessée, sans trancher la question spirituelle ici posée. Un livre émouvant et la description précise, détaillée, d'un monde qui s'éloigne.

Le Livre de Poche 3052 (2003) - 253 pages
 

brown forteresse

 

Voici un excellent policier, un peu invraisemblable, mais bien articulé et qui se lit en attendant la suite. Pas mal, non ?

Comme d'habitude, DB aime le jeu avec les codes. Il entre, comme chez lui, dans la cryptographie et nous fait ici partager le rêve du code indestructible. Lisez le livre pour savoir si ça existe. Mais cela suscite des épreuves, pour les cerveaux et les muscles des protagonistes et nous fait passer un bon moment.

Et, indirectement, est posée la question de société que pose l'usage de ces codes. Accepter la liberté sans restriction, c'est aussi voir se développer des points de vue, souvent idéalistes et irréconciliables entre eux. Et prendre alors le risque du militantisme idéologique violent. Alors, faut-il limiter cette liberté ? Et surtout, jusqu'où faut-il pousser l'espionnage préventif ? Délicat, non ?

Un polard reste un polard et celui-là fonctionne bien. What else ?

Le Livre de Poche 31275 (1998) - 505 pages
 


15 octobre 2021 

La présente fiche a été écrite en 2009.

Même si j'en maintiens les termes généraux, je ne dirais plus que "il n'est pas vrai que la planète se réchauffe de façon anormale". Je suis, en revanche, encore en ligne avec le reste, n'ayant pas réussi à être convaincu par les arguments sans preuves réelles que le CO² anthropique est coupable. Peut-être changerai d'avis à nouveau dans 12 ans... si je suis encore là !


 

 

gerondeau co2 mythe

 

Il faut beaucoup de courage et d'assurance pour s'attaquer à une idéologie fausse, mais séduisante, celle des "gaz à effet de serre''. Elle trompe des citoyens de bonne foi, qui croient donner un sens à leurs actes. Mais, en arrière-plan, ses promoteurs prennent un pouvoir considérable et délétère, et se remplissent les poches sur le dos des contribuables.