Fiches de lectures, critiques de livres, personnelles et subjectives !

minc www

Ce petit livre aborde dans une écriture directe et simple quelques unes des questions économiques et d'organisation de la société que pose la révolution informatique et l'évolution rapide de la "mondialisation". Il y répond souvent avec bon sens, loin des hystéries du style de "l'horreur économique" récente.

Quelques idées clés :

    • La révolution informatique touche autant l'offre que la demande (comme les grandes révolutions industrielles du passé, électricité, chemin de fer..). Ainsi elle sera bien à l'origine d'un cycle de croissance durable.
    • Le monde économique est aujourd'hui dominé par les fonctions de la finance par essence mondiale, et non plus par les managers-bureaucrates. Mondialisation assurée. Mais aussi élite d'argent plutôt que de pouvoir, qui au contraire de la tradition ne semble pas préparer une nouvelle classe dirigeante. Qui prendra alors les rênes ?
    • La concurrence devient le maître mot. Elle règne au plus intime du fonctionnement des sociétés, même là où les états (ou ce qui en reste) croit détenir un pouvoir absolu. Tout est sujet à comparaison et critique, que ce soit santé, éducation, fisc, et pas seulement dentifrice et kilo de beurre. Le pouvoir doit apporter à cette "société de marché" les règles dans lesquelles elle doit évoluer et non un refus nostalgique…de ce qui se fait déjà.
    • Equité ou égalité ? Pragmatisme concret ou utopie ? Mais peut-on vivre sans rêver ?

Au total un livre parfois optimiste, mais posant sans illusion ni dogmatisme de bonnes questions et proposant des solutions d'essence libérale sans utopisme.

 

Editions Grasset septembre 2000

 


 

paasilinna cavale

 

 

Cet écrivain finlandais a écrit là un livre drôle, toujours inattendu et qui ne fait pas trop penser ! Des aventures vives et menées par l'auteur à un train d'enfer. On se laisse prendre avec un immense plaisir. L'histoire ne se raconte pas, pas plus que celle du " Lièvre de Vatanen" que je vous conseille aussi sans réserve.

Si vous avez 2 ou 3 heures devant vous, que le temps est maussade, allez-y. C'est du soleil en boite !

 

Editions Folio 3393

 


 

bauchau oedipe

 

Œdipe, déchu de sa royauté est exclus de Thèbes comme conséquence de son double crime. Il va errer jusqu'à sa mort. Sa fille Antigone l'accompagne et Clios, un bandit convertit se joint à eux.

Henry Bauchau décrit avec une rare poésie, et dans un style tragique, tant cette errance que la métamorphose des trois figures du récit. Chacun accomplit un destin puissant qu'il ignore, humain (Clios), royal (Antigone), divin (Œdipe). L'auteur saisit dans ses mots une Grèce caillouteuse et malade de soleil, pauvre et fraternelle, et il y situe sa tragédie. L'épreuve qui attend chacun d'eux ne sera surmontée que par l'effort insensé des corps. La pensée est presque absente. Les mots ne servent plus qu'à capter et échanger des signes surnaturels. Les hommes, sous l'empire de cette vérité qui les conduit n'échangent plus que des pensées conventionnelles, proches de la langue de bois des réunions politiques, syndicales, ou religieuses…

C'est bien là que ces personnages centrés sur eux-mêmes me semblent en fait d'une grande pauvreté, proches de l'inhumanité, mais pleins de certitudes incommunicables. Ils hurlent, ils éructent, ils ont des pressentiments, des visions. Mais ils ne pensent pas, ils ne réfléchissent pas, ils ne construisent rien. Leur raison ne les guide pas. Ils se livrent en bloc à un sort qu'ils ne discutent pas, qu'ils ne cherchent pas à comprendre, esclaves passifs du surnaturel.

C'est pourquoi ce livre me semble un pari littéraire, d'ailleurs remarquable dans sa forme, d'écrire à notre époque une tragédie grecque. Mais ce pays, qui a posé les fondements de l'usage de la raison et de l'organisation politique, mérite, me semble-t-il de laisser dans nos mémoires autre chose qu'une image mythique de déraison, aussi grandiose soit elle.

Editions Actes Sud 1990